Home > Dosing Methods

Dosing Methods

Smoking

Smoking is the inhalation of the smoke of burning marijuana via cigarette or pipe. Medical marijuana is an effective way to manage symptoms for many patients; however, how patients administer it alters the safety level of the medicine. The health risks associated with smoking of any kind are well documented, and may be a concern for patients deciding if medical marijuana is right for them. Vapourization and edibles are alternative methods of administering medical marijuana worth a patient’s consideration.

Vapourization

A vapourizer, also called a nebulizer, is a device that heats ground marijuana to a temperature high enough to convert THC, CBD, and other cannabinoids to vapour, but low enough so plant matter does not burn. The vapour is inhaled, and the patient avoids the majority of the carcinogens found in cannabis smoke2. CanniMed Ltd. is a distributor in Canada of the Vapormed Volcano® Medic, an industry-leading vapourizer. In fact, the Volcano Medic is the only vapourizer approved by Health Canada as a medical device. This means patients who have a prescription for the device from their health care practitioner can claim it as a medical expense on their tax return.

The quantity of cannabis used per dose in the Volcano Medic ranges from 50 to 500 milligrams. The device features precise temperature controls, which allow the patient to tailor each dose to their specific needs. Cannabis is typically vapourized between 180 and 195°C. Vapourizing at higher temperatures increases the quantity of cannabinoids released in the inhaled vapour. Precision control is just one factor differentiating the Volcano Medic from other, similar devices.

Ingestion

Oral consumption of cannabis gives patients an application method entirely separate from the pulmonary system. There are notable disadvantages to ingestion, but it can serve as an alternative for patients with a compromised respiratory system.

Eaten cannabis has a much slower onset time and the effects last significantly longer. Onset for eaten cannabis is between 30 and 60 minutes, while inhaled vapour takes effect in just a few minutes. While the effects of inhaled vapour last between two and four hours, the effects of eaten cannabis can last up to 12 hours1. Our advice to any patient, and especially to those unfamiliar with cannabis, is to start low and go slow. This is particularly true with eaten cannabis. Patients must be careful not to take a second dose before the effects of the first dose are fully realized.

Another clear downside to eaten cannabis, is that a patient needs to use more of it to experience effects comparable to inhalation. When ingested, patients must increase their dose roughly 2.5 times4, 5 compared to inhalation to reach a comparable concentration of THC in their blood.

When cannabis is heated, whether it is smoked, vapourized, or cooked, a process occurs called decarboxylation. This process converts Tetrahydrocannabinolic acid (THCA) into THC. Much of the therapeutic potential of THC is released in the decarboxylation reaction. Because there is very little decarboxylated THC in dried flower marijuana, for maximum effect it needs to be heated before it is consumed.

“[A]n oral dose of 20 mg Δ9-THC would be approximately equivalent to a “smoked dose” of 8 mg of Δ9-THC.”1
- Health Canada

Volcano® Medic

For more information on the Vapormed Volcano Medic, visit http://cannimed.ca/pages/vapormed-volcano-medic

References

Maison > Dosage Méthodes

Dosage Méthodes

Le tabagisme

Le tabagisme est l’inhalation de la fumée de la marijuana brûlée comme une cigarette ou dans une pipe. La marijuana médicale est un moyen efficace de gérer les symptômes de nombreux patients; toutefois, la façon dont les patients se l’administrent peut altérer le niveau de sécurité de ce médicament. Les risques pour la santé liés au tabagisme de toute sorte sont bien documentés, et peuvent être la source d’inquiétudes pour les patients en sont entrain de décider si la marijuana médicale est une bonne option pour eux. La vaporisation et les formes comestibles sont des méthodes alternatives d’utilisation de la marijuana médicale qui valent la peine d’être considérées par le patient.

La vaporisation

Un vaporisateur, également appelé un nébuliseur, est un appareil qui chauffe la marijuana moulue à une température suffisamment chaude pour convertir le THC, le CBD, et autres cannabinoïdes en vapeur, mais suffisamment basse pour éviter que les fibres de la plante ne brûlent. La vapeur est inhalée, et le patient évite la majeur partie des carcinogènes qui se trouvent dans le cannabis fumé2. CanniMed Ltd. est le distributeur au Canada du Vapormed Volcano Medic, un vaporisateur en tête de l’industrie. En fait, le Volcano Medic est le seul vaporisateur approuvé par Santé Canada comme appareil médical. Cela signifie que les patients en possession d’une ordonnance prescrite par leur praticien de la santé pour cet appareil peuvent le soumettre comme dépense médicale sur leur déclaration de revenu.

La quantité de cannabis utilisée par dose dans le Volcano Medic est de 50 à 500 milligrammes. L’appareil offre des contrôles précis de la température, ce qui permet aux patients d’adapter chaque dose à leurs besoins spécifiques. Le cannabis est typiquement vaporisé à une température entre 180 et 195°C. La vaporisation à des températures plus élevées augmente la quantité de cannabinoïdes émis dans la vapeur inhalée. Le contrôle précis est juste l’un des facteurs de différentiation du Volcano Medic des autres appareils similaires.

L’ingestion

La consommation orale du cannabis donne aux patients un moyen d’utilisation complètement séparé du système pulmonaire. Il y a des désavantages notables de l’ingestion, mais elle peut servir d’alternative pour les patients ayant un système respiratoire compromis.

Le cannabis mangé a un temps de réaction beaucoup plus lent et les effets durent considérablement plus longtemps. Le début de l’action du cannabis ingéré est entre 30 et 60 minutes, alors que la vapeur inhalée prend effet en quelques minutes. Alors que les effets de la vapeur inhalée durent entre deux et quatre heures, les effets du cannabis mangé peuvent durer jusqu’à 12 heures1. Notre recommandation pour n’importe quel patient, et particulièrement pour ceux qui ne sont pas habitué au cannabis, est de commencer avec une faible dose et d’y aller doucement. Cela est particulièrement important pour le cannabis ingéré. Les patients doivent faire attention à ne pas prendre une deuxième dose avant que les effets de la première dose ne se soient entièrement réalisés.

Un autre des inconvénients clairs du cannabis mangé, est que le patient doit en utiliser davantage pour obtenir des effets comparables à ceux de l’inhalation. Avec l’ingestion les patients doivent augmenter leur dose en gros de 2,5 de plus4,5 que pour l’inhalation pour atteindre une concentration comparable de THC dans leur sang.

Lorsque le cannabis est chauffé, qu’il soit fumé, vaporisé ou cuit, un processus appelé décarboxylation s’opère. Ce processus convertit l’acide tétrahydracannabinolique (THCA) en THC. Une grande partie du potentiel thérapeutique du THC est émis lors de la réaction de décarboxylation. Étant donné qu’il y a très peu de THC décarboxylé dans les fleurs séchées de marijuana, pour obtenir un effet maximum elles doivent être chauffées avant d’être consommées.

« Une dose par voie orale de 20 mg de Δ9-THC serait approximativement équivalente à une « dose fumée » de 8 mg de Δ9-THC »1
- Santé Canada

Le Volcano® Medic

Pour plus d’information sur le Vapormed Volcano Medic, visitez http://cannimed.ca/pages/vapormed-volcano-medic

Références

  1. Information for Health Care Professionals: Cannabis (marihuana, marijuana) and the cannabinoids. (May 2013). Retrieved from http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/marihuana/med/infoprof-eng.php#chp70.
  2. Hazekamp, A., Ruhaak, R., Zuurman, L., van, Gerven J. and others. (2006). Evaluation of a vaporizing device (Volcano) for the pulmonary administration of tetrahydrocannabinol. J.Pharm.Sci. 95: 1308-1317.
  3. Pomahacova, B., Van der Kooy, F., and Verpoorte, R. (2009). Cannabis smoke condensate III: the cannabinoid content of vaporised Cannabis sativa. Inhal.Toxicol. 21: 1108-1112.
  4. Grotenhermen F. Pharmacokinetics and pharmacodynamics of cannabinoids. Clin Pharmacokinet. 2003;42:327–60.
  5. Zuurman, L., Ippel, A. E., Moin, E., and van Gerven, J. M. (2009). Biomarkers for the effects of cannabis and THC in healthy volunteers. Br.J.Clin.Pharmacol. 67: 5-21.